Dossier de l'Art n° 193
Tours 1500 capitale des arts

N° 193 - Février 2012

9,00 €

ISSN : 1161-3122

Au tournant des XVe et XVIe siècles, la ville de Tours est à la fois capitale politique et capitale de l’industrie du luxe du royaume de France. L’exposition du musée des Beaux-Arts de Tours, qui réunit une centaine de pièces, explore cet âge d’or de l’art tourangeau entre 1470 et 1520. Au travers d’enluminures et de sculptures principalement, elle met en évidence le rôle primordial des commanditaires et illustre le caractère diversifié de la production, que favorise la présence de fortes personnalités artistiques.

Actualités

Articles

Entretien avec les commissaires de l'exposition
Un foyer des arts au royaume de France. Tours vers 1500
Jean Fouquet et Tours. L'illustre héritage
Arrêt sur une oeuvre : Jean Fouquet, Pièta de Nouans
Le Maître de Jean Charpentier
Arrêt sur une oeuvre : La Vierge de pitié et deux donateurs
Jean Bourdichon. Brillant peintre des rois
Arrêt sur une oeuvre : Les Heures de Louis XII de Jean Bourdichon
Arrêt sur une oeuvre : Christ bénissant et Vierge en oraison
L’attrait de Tours sur l’enluminure parisienne
Jean Poyer. Un novateur épris d'Italie
Arrêt sur une oeuvre : Retable du Liget : Portement de Croix Crucifixion Mise au tombeau de Jean Poyer
Michel Colombe. Un sculpteur au seuil de la Renaissance
Arrêt sur une oeuvre : Tombeau de Francois II et Marguerite de Foix de Michel Colombe
Les statues mariales. Variations sur la dévotion

La sculpture à l'épreuve de l'Italie. Une inspiration renouvelée

Antoine Juste et Jérôme de Fiesole, sculpteurs italiens venus s’installer en Touraine au retour de l’expédition de Charles VIII, incarnent de belle manière les échanges qui se développent au XVe siècle entre Tours et la péninsule et irriguent essentiellement la sculpture. L’emploi du marbre et de la terre cuite, comme le recours à un nouveau vocabulaire ornemental, sont les marques de l’italianisme qui gagne l’art tourangeau.

Auteur : Geneviève Bresc-Bautier

Magazine : Dossier de l'Art n° 193 Page : 64-69

Date : 15/02/2012

Le Maître de Claude de France
Arrêt sur une oeuvre : La Nef de sainte Ursule

Vous aimerez aussi

FRANCE 1500

FRANCE 1500

Consacré à l’exposition « France 1500 » qui se tient actuellement au Grand Palais à Paris, ce numéro revient sur une période méconnue de l’histoire et de l’art français, entre Moyen Âge et Renaissance. Terre de carrefour entre le Nord et le Sud, la France connaît alors une formidable effervescence artistique, comme en témoignent la richesse et la beauté inouïes des chefs-d’œuvre façonnés dans les nombreux foyers qui fleurissent à l’époque.

n°178 - Octobre 2010

9,00 €

Découvrir
ANNE DE BRETAGNE, REINE, DUCHESSE ET MECENE

ANNE DE BRETAGNE, REINE, DUCHESSE ET MECENE

Morte il y a 500 ans au château de Blois, Anne de Bretagne (1477-1514) fut duchesse de Bretagne et deux fois reine de France – un fait unique dans l’histoire du royaume. Au tournant du XVe et du XVIe siècle, elle donna à la dignité de reine une ampleur nouvelle et joua un rôle déterminant pour les arts de son temps. Autant de raisons de célébrer cet anniversaire et de rappeler à travers expositions, conférences ou concerts, dans ce Val de Loire où elle vécut, l’importance de cette...

n°75 - mars 2014

9,50 €

Découvrir
CLAUS SLUTER

CLAUS SLUTER

Le Puits de Moïse de l’ancienne chartreuse de Champmol et le tombeau de Philippe le Hardi conservé au musée des Beaux-Arts de Dijon illustrent l’éclat des arts à la cour des ducs de Bourgogne. Ils incarnent le génie de Claus Sluter, surnommé le « Donatello du Nord », dont la sculpture depuis six siècles ne cesse d’émerveiller et d’intriguer. Ce dossier raconte la création de ces deux chefs-d’œuvre, en explique la genèse et l’iconographie et montre toute leur importance dans...

n°203 - Janvier 2013

10,00 €

Découvrir
Un livre d'heures berruyer du XVe siècle et Le récit des funérailles d'Anne de Bretagne enluminé par Jean Pichore

Un livre d'heures berruyer du XVe siècle et Le récit des funérailles d'Anne de Bretagne enluminé par Jean Pichore

Ce numéro présente deux manuscrits. Le premier, conservé à la Bibliothèque de Saint-Étienne, est un livre d'heures berruyer du XVe siècle dont l'étude permet de mettre en lumière l'activité artistique à Bourges après la mort du duc en 1416 et celle de ses plus illustres enlumineurs, les frères de Limbourg. Le second, conservé au Petit Palais, est le récit des funérailles d'Anne de Bretagne, rédigé par Pierre Choque, le héraut de la reine, enluminé par Jean Pichore.

n°48 - mars/avril/mai 2014

9,50 €

Découvrir